Ressentez-vous souvent le sentiment de culpabilité ?

Si vous préférez écouter le Podcast, cliquez ci-dessous:

Suite à une enquête réalisée en début d’année, j’ai identifié 2 grandes sources de culpabilité chez les mamans:

  • Ne pas passer assez de temps avec leurs enfants parce qu’elles travaillent tard et que lorsqu’elles rentrent à la maison, elles sont épuisées.
  • Ne pas avoir d’emploi rémunéré, laissant toute la responsabilité financière sur les épaules de leur conjoint.

Si c’est le cas pour vous, je vous rassure, vous n’êtes pas la seule. Je me suis retrouvée dans ces 2 catégories et à chaque fois, j’avais toujours l’impression de ne pas en faire assez.

Laissez-moi vous raconter une histoire.

Mon père était alcoolique et ne travaillait pas. Ma mère quand à elle se levait à 5h du matin du lundi au vendredi pour partir travailler dans une usine près de Paris. Ce n’était pas facile pour elle… Elle avait 27 ans, une fille de 9 ans et un mari qui ne l’aidait pas du tout, bien au contraire… L’année de mes 9 ans, ma maman m’a dit qu’elle allait partir, qu’elle n’en pouvait plus de vivre comme ça. Elle m’a demandé si je voulais venir avec elle, et sans hésitations j’ai dit oui, je m’en souviens comme si c’était hier… Nous somme parties toutes les deux avec quelques meubles. Elle n’avait rien, même pas d’argent de côté, juste son salaire qui tombait chaque mois – j’imagine que ça a dû être terrifiant… Elle recommençait “à zéro”… 

Ça n’a pas été facile, elle a travaillé toute sa vie et m’a donné tout ce dont j’ai eu besoin. Elle s’est beaucoup privé aussi…

Aujourd’hui, elle profite de sa retraite dans sa Bretagne adorée, et je suis très heureuse pour elle.

Depuis que nos filles sont nées, elle les a beaucoup gâtées, elle me disait qu’elle aurait aimé pouvoir m’offrir tout ça à leur âge, mais vraiment je n’ai manqué de rien. 

Par contre, elle m’a enseigné une leçon très importante: être indépendante financièrement. 

Du coup, depuis l’âge de 17 ans, lorsque j’ai commencé mon premier emploi de caissière pendant mes études, je n’ai jamais cessé de travailler, enchainant des boulots de serveuse, femme de ménage et réceptionniste jusqu’à ce que je devienne guide touristique en Irlande, un métier qui m’a apporté beaucoup de joie en plus d’un confort financier. 

Et jusqu’à mes 30 ans, j’en ai bien profité, j’ai mis de l’argent de côté et j’ai parcouru l’Irlande en long, en large et en travers – ma mère se demandait même si elle deviendrait un jour grand-mère !!!

En fait, avant de devenir maman, s’il y avait un enfant dans une pièce, je m’enfuyais en courant !!! 🤣 🤣 🤣 Je pensais vraiment ne pas avoir l’instinct maternel…

Puis le 26 juin 2005, Océane est arrivée et je suis devenue maman pour la première fois. Quelle expérience incroyable … Je ne pensais pas que je pourrais aimer un petit être autant dès notre rencontre et que mon amour pour elle grandirait de jour en jour…

Ma belle Marine est arrivée un an après, le 23 novembre 2006, alors que j’apprenais petit à petit mon nouveau rôle de maman…

Ma vie avait changé pour toujours et j’ai dû faire un choix.

Alors que j’adorais mon métier de guide, je ne pouvais pas partir pendant des semaines et ne pas voir mes filles grandir, d’autant plus que Max (mon mari) est un “travaillohic” et qu’à l’époque il faisait du 80h par semaine. 

Mais il n’était pas question pour moi d’arrêter de travailler et de devenir complètement  financièrement dépendante de Max.  Alors j’ai décidé de changer de carrière, en faisant une activité qui allait me plaire et me donner la flexibilité dont j’avais besoin pour prendre soin de nos filles.

J’ai choisi une carrière dans le bien-être et je me suis formée en massage, shiatsu et esthétique. J’ai même créé et géré un Centre de Bien-Être pendant quelques années. 

En terme d’experience, ça a été très enrichissant et j’ai appris énormément sur l’entreprenariat et sur moi-même. 

Mais d’un point de vue financier, ça n’a pas été très judicieux, entrainant autant de dépenses que de gains – et nécessitant d’être disponible le soir et le week-end, chose difficile avec 2 jeunes enfants et un mari qui travaille 7 jours sur 7 et qui rentre souvent tard.

Max a 2 carrières qu’il mène de front dans lesquelles il excelle. Passionné de pêche en mer, il est skipper et est aussi ingénieur consultant dans une usine.

Donc, c’est moi qui m’occupe principalement de nos filles. Et comme beaucoup de mamans, je jongle entre le travail, les enfants, les travaux ménagers, les courses, la cuisine, etc. 

Nous avons aussi 2 gîtes de vacances dont je m’occupe (réservations et nettoyage). 

Certains jours, j’ai vraiment du mal à tout gérer… 

Et c’est ok.

Je fais de mon mieux.

Avant, j’avais cette petite voix qui me disait: 

“Tu ne passes pas assez de temps avec tes filles”

ou

“Tu ne gagnes pas assez d’argent”

Du coup, j’avais toujours le sentiment de ne jamais en faire assez, de ne pas être assez – j’avais l’impression de ne rien valoir…

Et pourtant, ce qu’une mère apporte à sa famille vaut autant qu’un salaire, sinon plus!

Je rêvais d’être cette mère exemplaire, capable de jongler parfaitement sa vie de famille avec sa carrière, sa santé et sa vie sociale:

  • qui est présente (dans tous les sens du terme) avec ses enfants et son conjoint
  • qui gagne très bien sa vie
  • qui a une maison toujours parfaitement propre et rangée
  • qui repasse tout – elle-même
  • qui est une cuisinière au top – préparant chaque jour des repas équilibrés et délicieux
  • qui a un corps parfait
  • et bien sûr, cette super maman est ZEN – car elle médite tous les matins à 5h !

Sans parler de la relation idyllique qu’elle a avec son conjoint … remplie d’amour, de joie et de nuits torrides …

Pfff … j’en suis loin !!! 🤣 

OK – il est temps de dire STOP

STOP à cette petite voix qui nous critique alors que nous faisons de notre mieux

STOP à toute la pression que nous nous imposons en tant que maman et en tant que femme en général 

Il est temps de nous parler avec gentillesse et compassion.

Voici ce que je voudrais dire à toutes les mamans qui se sentent coupables ou “pas assez”: