fbpx

Le plus grand regret des mourants

Cet article est basé sur le thème du « Top 5 des regrets des personnes mourantes », un livre écrit par Bronnie Ware, une infirmière en soins palliatifs qui a accompagné les mourants durant leurs derniers jours.

Si vous préférez écouter le Podcast, cliquez ci-dessous:

Le regret le plus courant que les gens ont lorsqu’ils repensent à leur vie est de:

« Ne pas avoir vécu une vie fidèle à eux-mêmes mais d’avoir vécu la vie que les autres attendaient d’eux… »

L’autre jour, j’étais dans la voiture avec mes filles lorsque la chanson Purple Rain de Prince est arrivée à la radio – le même jour que j’avais reçu un beau message du prof de surf d’Océane me disant de « ne jamais abandonner mes rêves”.

J’ai donc commencé à expliquer aux filles comment Prince avait été hué par la foule lors de son passage dans un concert des Rolling Stone et comment il n’avait pas renoncé à ses rêves. Qu’on l’aime ou pas, Prince a eu une très belle carrière et était un artiste incroyable. Le fait est qu’il y aura toujours des gens qui aiment ce que vous faites et d’autres qui n’aiment pas.

Je vais vous raconter une histoire…

Autant que je me souvienne, tout au long de ma scolarité, j’ai porté l’étiquette d’une fille studieuse MAIS réservée. Une fille réservée – et oui, c’était moi. Je ne participais jamais en classe parce que j’avais peur que les autres se moquent de moi si je disais quelque chose de stupide. J’avais toujours la trouille que le prof m’interroge. Je n’avais pas du tout confiance en moi.

Mon rêve était de travailler dans le tourisme. Je voulais faire un BTS, donc lorsque est venu le moment de remplir mon dossier scolaire, je suis allée voir mes profs pour avoir des appréciations.

Je n’oublierai jamais ma prof d’anglais qui a roulé ses yeux quand je lui ai dit que je voulais travailler dans le tourisme…  Elle a écrit sur mon dossier que j’étais trop timide. Je n’ai pas été sélectionnée. Mais je n’ai pas abandonné mon rêve.

Je suis allée à l’université pour faire un DEUG d’anglais, ce qui n’était pas du tout ce que je souhaitais faire, donc dès que j’ai eu l’opportunité de partir en Irlande avec une amie, je n’ai pas hésité une seconde. J’ai commencé comme serveuse dans le célèbre Blue Haven de Kinsale.

Puis, en 1998, j’ai été embauchée par une compagnie de guides touristiques à Dublin. La fille timide et réservée allait parler au micro devant tout un bus… J’ai fait une formation, passé les tests et j’ai commencé à guider. Mon rêve devenait réalité…

Ma premier tour était un car scolaire avec un chauffeur français – une sacrée experience !!! Je découvrais l’Irlande en même temps que le groupe !!!

Mais ça s’est bien passé et j’ai pris mon deuxième tour:  un groupe d’enseignants à la retraite !!! 

Pour être honnête, je n’avais pas assez d’expérience pour accompagner ce groupe qui demandait énormément d’informations. Je commençais tout juste ma carrière… L’accompagnatrice était une ancienne prof d’anglais qui ne cessait de se plaindre. Rien n’était assez bien, elle voulait faire plus de visites qui n’étaient pas inclues dans l’itinéraire, et peu importe ce que je faisais pour elle, ce n’était jamais assez. Le tour a duré 10 jours, j’ai vraiment fait de mon mieux.

Dès son retour en France, l’accompagnatrice a déposé une plainte pour obtenir un remboursement. Elle a écrit une longue lettre expliquant à quel point j’étais nulle. Elle a dit que mon français était mauvais, que je n’avais aucune compétences de guide touristique et que je n’étais pas faite pour ce métier !!!

Je n’avais que 23 ans. Pour la première fois de ma vie, j’avais le sentiment d’avoir trouvé ma voie. Pour la première fois, j’avais le sentiment que j’allais m’en sortir et bien gagner ma vie.

Le fait est que je viens d’un milieu très modeste. Ma mère était cableuse et mon beau père réparateur en électro-ménager. J’ai grandit à la Courneuve, en Seine St Denis. J’etais partie en Irlande pour avoir une vie meilleure… 

« J’avais un feu intérieur qui brulait si fort que je n’allais laisser personne se mettre en travers de ma réussite. Il était hors de question que j’abandonne. »

Je n’ai été payée que la moitié de mon salaire pour ce tour – mais c’était ok. Plutôt que de changer de carrière comme l’avait suggéré l’accompagnatrice, j’ai décidé de faire quelques changements.

Tout d’abord, à partir de ce moment là, j’ai dit à tous mes groupes que j’étais franco-irlandaise avec une maman irlandaise de Cork et un papa français de Bretagne (la moitié était vraie!). 

Personne n’a plus jamais dit que mon français était mauvais, bien au contraire ! 

De plus, j’ai introduit mon petit «Livre des Souvenirs», dans lequel, après chaque tour, les clients me laissaient un petit mot. C’était d’une part très agréable et touchant à lire et d’autre part la preuve qu’ils avaient passé un bon séjour. Je n’ai plus jamais eu de problèmes ou de plaintes. Ce petit livre était de l’Or. 

Finalement, j’ai beaucoup étudié. Chaque soir, après la journée de travail et le diner, je préparais de quoi j’allais parler le jour suivant. Je connaissais toutes les dates, les faits et l’histoire de l’Irlande. Je pouvais parler pendant des heures sans avoir à regarder mes notes. Je suis devenue l’une des guides touristiques francophones les plus demandées et je n’ai jamais été au chômage.

Cette expérience m’a appris une leçon très importante:

« Peu importe ce que les gens disent ou pensent – si vous avez un rêve ou quelque chose que vous voulez vraiment réaliser, allez-y – n’abandonnez jamais et suivez votre intuition. »

Je suis très reconnaissante envers cette accompagnatrice qui m’a donné cette leçon.

Aujourd’hui, ma fille Marine, qui a 13 ans, rêve d’avoir un Hotel pour Chiens. Ce rêve brûle en elle depuis 2 ans maintenant. Lorsque nous sommes au Portugal (en hiver) – puisque nous partageons maintenant notre vie entre l’Irlande et le Portugal – elle est volontaire dans un refuge pour chiens. Je suis tellement fière d’elle et je l’encouragerai jusqu’au bout dans la realisation de son rêve, surtout qu’elle a vraiment un don avec les animaux. Savoir ce qu’elle veut à cet âge et être si dévouée est génial!

Maintenant, j’aimerais vous inviter à réfléchir à votre vie et à vos rêves. Pour vous aider, j’ai créé un document imprimable.

Pour l’obtenir, allez sur la page Privée des Ressources, sinon inscrivez-vous ci-dessous >>>

Une fois imprimé, posez-vous au calme, éteignez votre téléphone, servez-vous une tasse de votre thé préféré, prenez un stylo et commencez à rêver…